En l’an 529, l’empereur Justinien fit fermer les écoles de philosophie d’Athènes. Les érudits de l’époque, les maîtres du néo-platonisme, se réfugièrent à Gundishapur chez les Sassanides en Perse. L’astronomie, la médecine, la philosophie, etc. se développèrent intensément dans cette académie de Gundishapur où confluèrent des érudits de tous bords. Les conquêtes musulmanes s’emparèrent de Gundishapur qui avait une grande réputation. Cette école de Gundishapur eut une grande influence sur le développement de la civilisation arabo-musulmane. À la demande des califes, les auteurs de l’Antiquité, notamment Aristote furent traduits en arabe, souvent depuis le persan ou le syriaque. Vers 850, Alkindi (c’est-à-dire Ya’ kûb ibn Isâk Sabbâh al Kindi), originaire de Bassorah, traduisit de nombreux textes en arabe, dont ceux d’Aristote, mais il écrivit aussi plus de 200 traités sur tous les sujets possibles, dont l’astronomie, qui à l’époque ne se distinguait pas de l’astrologie. Une de ses contributions la plus importante fut sa doctrine des conjonctions entre les planètes et leur influence sur les phénomènes naturels et sur les impulsions donnant naissance aux grands événements historiques. Son disciple, Albumasar (mort en 886) fut un astrologue de Bagdad qui propagea les idées d’Al-Kindi dans son « Liber magnarum coniunctionum » lequel eut une forte influence sur l’astrologie du Moyen Âge35.